AUTOPORTRAITS ET MISES EN SCENE PHOTOGRAPHIQUE
                       AUTOPORTRAITS                                  ET  MISES EN SCENE PHOTOGRAPHIQUE

 

Quotidien

 

À la plage, au salon ou dans la chambre, l'homme est toujours accompagné de son épouse, parfois de son fils et regarde fixement l'objectif. L'absence totale d'émotion émanant de ces protagonistes qui semblent effectuer mécaniquement les activités de la vie quotidienne crée une atmosphère à la fois atone, dérangeante, empreinte de résignation et de solitude mais qui, en même temps, prête à sourire.
C'est par cette mise en scène tragi-comique que Jean-Claude Delalande met en exergue les frontières présentes dans la structure sociale la plus élémentaire. La famille n'est plus une entité, elle n'est que le regroupement conventionnel et artificiel d'individualités parfaitement dissociées par l'incommunicabilité entre les êtres.

 

Hervé Dorval

 

                                                                               Un mystère qui tonne


Le titre de l'expo, Scènes isolées de la vie ordinaire, est déjà trompeur. Il semble faire référence au film Scènes de la vie conjugale de Ingmar Bergman. Mais cette série de photos est bien plus troublante et tordante que le film suédois. Ce qui saute avant tout aux yeux, c'est le visage de leur personnage principal, le photographe lui-même, directement calqué sur celui de Buster Keaton. Mais les situations mises en scène par Jean-Claude Delalande ne correspondent pas du tout aux scènes trépidantes et rocambolesques de Buster Keaton. Ce sont au contraire des scènes anodines. Auxquelles il participe en tirant la tronche. Comme si de rien n'était. Ou comme s'il était ailleurs. Des scènes banales où il figure sans quitter son masque de chair ren-frogné. Éternel abonné à la même expression,  qu'il soit en vacances en famille au bord de la mer ou à l'enterrement de sa mère, assis à table ou debout devant une piscine, tout au long de sa vie. Son air absent désarçonne forcément. Il ne s'agit pas davantage de comédie burlesque que de drame nordique. Mais Jean-Claude Delalande tient bizarrement en équilibre sur le fil im-probable qui pourrait relier Buster Keaton et Ingmar Bergman. Au-dessus de l'abîme de notre quotidien monotone. À la fois à distance et en plein dedans. Immobile sous les foudres de la farce et le tonnerre du malaise. C'est un mystère qui tonne à la médiathèque de Pézenas. Et ça peut même carrément foutre la trouille. Car ces photos ont aussi quelque chose de spectral. Sur chacune d'entre elles, Jean-Claude Delalande, malgré son air revêche rigide, est si détaché et si lointain qu'il ressemble à un putain de fantôme. Regardez bien. Il est partout présent mais personne ne le voit. Ou on ne voit que lui alors qu'il est toujours absent.


Guillaume Gueraud à l’occasion de l’exposition en juillet 2016 à la médiathèque de Pézenas.

 

 

Scènes isolées de la vie ordinaire.
 

Avec des personnages à la merci d'un auteur qui pince le quotidien sans vouloir nécessairement en rire, une saga se monte en noir et blanc et installe une atmosphère singulière, comme on aime les trouver dans les bons romans. Présentation sommaire en quelques pages choisies.

Si s'aimer, c'est regarder dans la même direction, ceux là ne s'aiment peut-être pas comme l'entendait Antoine de Saint-Exupéry. Mais l'atmosphère plus sèche que pesante qui se dégage des photographies est bien sûr ce qui touche et qui plaît. En s'invitant un peu plus longtemps dans ces photographies noir et blanc entièrement fabriquées par Jean-Claude Delalande, on note qu'elles racontes un certain bonheur, un peu amer, un rien acide, dans lequel deux solitudes se télescopent pour façonner un couple de solitaires. La plupart du temps, le monsieur de ces saynètes en images, uniques est le photographes lui-même, et la dame une amie proche. Le décor, toujours renouvelé, est en général une maison de vacances, louée ou empruntée à des amis.

Comme Franz Kafka à Prague, Jean-Claude Delalande travaille dans une compagnie d'assurances italienne à Saint-Denis. Depuis douze ans, il consacre ses loisirs à son imagerie du couple moderne avec  l'ardeur des auteurs qui se respectent et produisent sans trop se préoccuper de publication. Ainsi naissent les oeuvres fortes, promises à une reconnaissance qui arrive tôt ou tard, de droit. On dit souvent d'un bon livre qu'il permet au lecteur de se représenter la scène, de se l'imaginer à la lettre. Le compliment se retourne vers les photographies de Delalande: à qui les voit de se faire son roman, un roman d'humour où se faufilent l'ennui, la rupture et parfois comme un projet de fuite, voire de meutre, tant la duplicité de l'homme avec la caméra de l'artiste est forte. Le ressort dramatique tient précisément à ce regard rivé sur l'objectif, dont on se demande s'il est un témoin gênant ou le complice commandé à distance. Car Delalande ne laisse rien au hasard ses scènes de ménage sont écrites et bien préméditées, à l'accessoire près (la bicyclette souvent convoquée au casting n'est pas toujours innocente), sans jamais verser dans l'anecdote ou le clin d'oeil. Son personnage de petit bourgeois inquiétant ou pathétique ressemble à tout le monde et se trouve à sa place en ces jardins d'heures creuses, dans ces intérieurs agréables photographiés à la chambre de grand format, éclairés dans la clarté du cinéma américain de la haute époque des années 1960. Recourant  la confortable profondeur de champ qui garantit sa lisibilité, le travail sans faute d'orthographe accepte parfois la fantaisie d'une surimpression, la licence d'un flou de bougé.

Auteur cérébral à rapprocher d'Anna et Bernhard Blume pour la fiction en plus raisonnable, de Duane Michals pour la dérision sans l'impertinence, Delalande ne rend pas hommage à ceux qu'il affirme ne pas connaître, il poursuit son propre chemin, comme si l'image à venir, toujours inédite, suffisait à son bonheur d'artiste. L'oeuvre qui s'épaissit de pièces toutes abouties et collectionne les prix et concours d'amateurs devrait bientôt trouver une galerie ou la maison d'édition assez avisée pour initier une certaine carrière publique, même si on imagine encore mal Delalande renoncer à l'assurance de son intimité de créateur.

 

Hervé Le Goff pour Images Magazine

 

 

 

Le charme des conquêtes ordinaires


Un rendez-vous exceptionnel, unique, atypique, cynique, photographique à ne surtout pas manquer !
Dés l’accrochage, les yeux des passants se sont d’ailleurs très vite écarquillés et approchés de la vitrine du Petit Coin Galerie. Et oui ! Vous ne rêvez pas … Jean- Claude est bien en train de vous faire croire à l’irréparable, mais rassurez-vous, ici, il ne s’agit que d’une imparable, incomparable ironie

Jean-Claude, je l’ai d’abord découvert sur un site de photos, et j‘ai immédiatement eu le coup de foudre pour ce personnage tragi-comique, aussi malicieux, dubitatif, attendrissant, charismatique qu’un kevin Spacey dissimulé dans une American beauty, et doublé d’une charge érotique aussi bouleversante que celle d’un Harvey Keitel caressant le piano de sa douce. Ca tombe bien, il possède la même, mais en mieux. Car la sublimissime compagne de J-C Delalande ne se contente pas de nous éblouir par son hallucinante vénusté impressionniste, elle n’hésite pas à se mettre en scène, à ses côtés, au sein d’univers burlesques qu’ils choisissent accessoirement de louer pour les vacances.

Jean-Claude, avec son génie patent et sa tête de gros bébé qui aurait mûri trop vite, est déjà reconnaissable non seulement par ses pairs, mais par des fans qu’il rencontre dans le métro parisien et lui demandent des autographes sous sa moue éberluée.

Les magazines spécialisés (consultables à la galerie) s’intéressent à ses clichés extraordinairement ordinaires « Aujourd’hui, on me propose même de me payer pour exposer ! » s’étonne ce clown modeste à l’infini pouvoir de vous montrer qu’il est possible de rire, de s’attacher à tout ce qui pouvait jusque-là vous sembler pathétique ou dérisoire.


Gérard Forche
, à l'occasion d'une exposition au Petit Coin Galerie à Cholet en juin en 2009,

 

Et également pour de cette exposition un ami de gérard Forche, Dominique Pannier ma offert son très intéressant texte que je vous livre,


 

Je regardais depuis quelques temps la série des films dédiés à la photographie sur histoire, d'un œil distrait, essayant de me laisser persuader que la photographie est un art à part entière. Je n'ai jamais été fasciné par les Robert DOISNEAU et autres CARTIER-BRESSON. La photographie de rues des Américains est rigolote, mais bon. Quand à la photographie vernaculaire, hum, !.

En fait je n'aime pas la photographie, j'aime quelques photographies. J'ai dans l'idée que la photo géniale - celle qui, comme la peinture, ouvre le regard sur l'infini - arrive par accident. Un Américain contemporain dont je ne sais plus le nom a une démarche intéressante : il prend n'importe quoi, c-a-d que le sujet ne lui est pas important, et ce qui fait la qualité de ses photos c'est le développement.

Bref, les photographies de JC DELALANDE sont, elles, extraordinairement intéressantes. Elles stimulent tout, parce que s'y croisent, s'y superposent, s'y décalent une multitude de plans qui véhiculent chacun sa réalité propre. Personnage de premier plan, personnage semi-transparent, ombre réfléchie, miroir - JCD en joue avec délectation, me semble-t-il -, ce savant mélange concourt à ouvrir des interstices d'infini au sein d'une vue unique qui transgresse notre perception habituelle des choses. Couleurs et lumières reçoivent le même soin que la composition, et ses photos sont belles comme peut l'être une peinture. Multipolaires dans l'image, elle le deviennent aussi dans la tête. Faites de morceaux de réel - il ne peut en être autrement d'une photo - mais qui aussi savent représenter l'imaginaire (les masques), elle ouvrent sur des mondes oniriques, sur le beau, que leur inexplicable syncrétisme nous exhorte à parcourir. C'est bien autre chose qu'un quelconque surréalisme : ce sont des photos selon Maurice BLANCHOT (pour moi le pape de l'intelligence de l'Art). Elles offrent en prime le luxe d'un humour ravageur. Chapeau bas.

 

Dominique Pannier

 

 

LE PARADIS DOMESTIQUE


« Idéal & Profil »


«Avant d’arriver à un enfant, il y a la rencontre, la passion. Entendre soudain le souffle haletant du hasard. L’oreille tendue, la langue tirée, les jambes écartées, nu comme un vers une nouvelle fois. Se coller à l’inconnu, faire corps avec lui, avec elle. Le spectacle grandiose de la femme qui se déshabille. Ses vêtements tombent, sa structure, sa peau, son dos, son ventre et ses yeux qui ont dit oui apparaissent pour la première fois, comme la face cachée de la lune après un long voyage. L’homme à prendre dans les bras, à qui parler, sur qui poser sa tête. L’odeur entêtante de l’homme, une odeur de foutre et de sueur. Un goût sucré qui peut tourner en une seconde, ou s’affirmer et se stabiliser.
La puissance du vent, la douceur de ses caresses. C’est agréable de l’entendre souffler
à mes oreilles. Chaque seconde se construit avec raffinement et profondeur, comme
un thème de roman, dans les moments calmes comme au climax de la passion. La
gorge serrée, les papillons au ventre, l’émotion verse son filtre sur elle, sur lui, et le
présent explose en mille morceaux. C’est beau de le voir sur un visage et de le vivre.
Combien de fois cela peut-il se produire ? Manger, dormir, faire l’amour, trouver de
l’argent, je pense que tout est lié. Je fais partie de celles et ceux dont l’histoire personnelle ne s’est pas écrite seule, ni d’une seule main. La main est pierre d’achoppement, mais elle n’aurait aucune raison d’être sans ses compagnes d’une autre forme. La vie est faite de mille séparations incontournables, avec la mort, ce soleil noir qui lui donne ses plus beaux souvenirs, lui offrant ses couleurs et la mélancolie que chante le poète. Le crépuscule, puis l’aurore à nouveau. Pendant des années j’ai passé mon temps dans ces heures-là du petit matin, pour ensuite, dès 11h30, aller chercher les enfants et m’en occuper, leur faire à manger, me balader avec eux dans des parcs, leur faire faire la sieste et organiser des goûters, leur faire couler un bain, laver leurs oreilles et leurs fesses et leurs pieds et leurs mains, ranger et leur apprendre à ranger leur chambre, raconter des histoires, les inventer et recommencer le lendemain.
C’était essentiel, mais maintenant c’est fini.
L’art, quelque soit-il, est un autre mot pour aimer. L’artiste suit la pente de sa passion
en employant les dons qu’il a à disposition — c’est le côté ludique de l’art —, mais
l’aspect travail, dont on parle si souvent, est le moyen et l’obligation d’oublier la passion
en la mettant à distance.
Dans cette seconde phase, la morale entre en jeu. La rencontre est un reflet du hasard,
son éclat. Les pulsions du coeur pour moteur, les circonstances l’encadrent — l’ami
d’un copain, c’est comme ça qu’elle fit sa connaissance, dans une maison louée pour
les vacances en été. Le fruit de leur relation, lui, provient directement de la chair de
l’homme et de la femme — le vagin, les testicules et le pénis pour trait d’union, les
soubassements du ventre, l’urètre, puis l’appartement, la poussette, le grand lit, le
petit lit, le caddie pour y fourrer les commissions et la voiture y embarquer le foyer au
complet.
Deux phases, celle des rêves et du désir, et celle de l’enracinement — mais attention,
les vieux arbres se couchent au bord de la route, tout peut arriver, et chaque automne
les feuilles s’envolent au loin, très loin, il ne faut pas l’oublier... ».


Jérôme Roninger, scénariste de court et long métrage, s’est ici librement inspiré du travail photographique de Jean-Claude Delalande.

 

 

 

Mais que regarde-t-il donc ?

Interrogation (que feriez-vous à ma place ?), regard qui nous prend comme témoin, regard de reproche (mais que regardez-vous donc ? vous êtes encore là ?), regard dans le vide, regard complice (il va se passer quelque chose, vous êtes déjà de mon côté, je le sais) … l’entrée dans la vie du personnage photographié par Jean-Claude Delalande est une drôle d’histoire.

Je rencontre le photographe qui me dit « je ne sais pas parler de mon travail ; j’y implique tout le monde, ma compagne, mon fils, tout le monde y passe ; il m’obsède un peu, j’y consacre tout mon temps libre. Pour le moment, je suis un peu à sec, je ne sais plus très bien ce que je vais faire ». La vie quotidienne comme un grand studio photo.
Vacance.
Ces photos surdéterminées ouvrent un temps hors du temps, comme si la vie quotidienne relatée dans cet album de famille revisité n’était là que pour nous parler de nous, pour nous interroger, spectateurs, sur notre rapport au temps qui passe, sur notre regard sur la vie, en faisant un détour vers celle des autres pour revenir à nous. Temps suspendu, la caméra tourne mais il n’y a plus que soi et lui, tous les autres sont en suspens. Regarde-moi, regarde-toi.
On ne sait pas toujours très bien du reste si la photo nous parle d’un bonheur tout simple, d’une histoire qui touche à sa fin, d’une distance cynique et désabusée d’un homme qui a renoncé à combattre, d’un homme qui rit, d’un homme qui pleure, ou encore d’un drame qui va exploser. Tout est possible, à nous de voir.
Jean-Claude Delalande nous parle de l’intime du quotidien, du mystère de la durée et de la répétition des jours, des rituels et de leur codification,. Il parle de l’humain dans sa fragilité, de son ridicule, du banal, de l’ennui croit-on lire souvent. Il en fait un spectacle désopilant et burlesque, tendre et drôle. Il y a un peu de Pierric Sorin , de Keaton assurément. Et une beauté plastique que l’on oublierait presque de remarquer tant la dramaturgie des images nous captive.
Souriez, on vous regarde.

Sophie Bardet  (Directrice adjointe du Centre Culturel Français de Belgrade (Serbie)


 

Recomposer la vie


Cette fois, il a décidé de s’y prendre autrement. De ne plus laisser filer la vie. Laisser filer le temps. Est-ce la même chose ? Cette fois, il ne veut plus se contenter de voler des instants vécus en pressant sur le déclencheur de son appareil photo numérique haute définition.Ces photos-là n’arrêtent pas le temps : elles le datent. Non, lui, il veut jouer à Dieu, à l’artiste. Recomposer la vie, la remettre en scène. Il veut jouer tout court. C’est l’été. Son idée, ce n’est pas “ d’immortaliserd’agréables vacances passées au bord de la mer au mois de Juillet avec la femme de sa vie ”.Surtout pas. Il ne veut pas raconter sa vie, ses chagrins, son bonheur. Surtout pas. Ses émotions, il
les garde pour lui. Ce qu’il veut éterniser, ce sont des situations, parce qu’il a l’impression qu’ellesse répètent toujours, ces situations, pas seulement dans sa propre vie, mais dans la vie des autres,aussi : l’été, les vacances, le départ, la maison, la plage, les bras nus, la crème solaire, le déjeunersur la terrasse,le jardin, la bicyclette, la balançoire. Bien sûr, il pourrait installer son matériel dans des endroits stratégiques et demander à un homme, par exemple, la permission de le photographier
en train de passer de la crème solaire dans le dos de sa femme. Mais non. Quand il réfléchit,c’est quand même lui qu’il veut voir sur la photo, non pas lui avec ses colères, ses joies, ses rires,lui comme il se vit parfois, dédoublé. Ça lui arrive souvent, quand il y songe, de vivre vraiment et, dans le même élan, de voir cet homme là-bas, en train de bouger, de marcher, d’aller dans le jardin, cet homme qui est lui. C’est peut-être comme ça qu’elle est née, cette idée, cette envie de composer des tableaux inspirés de sa vie, mais qui ne seraient pas vraiment sa vie. Au fond, s’il était écrivain, ou s’il aimait écrire, ce serait plus simple : il inventerait des histoires qui raconteraient la vie de cet homme, qui serait lui sans être lui, qui passerait l’été dans une maison avec jardin, où il y aurait une balançoire. Oui, ce serait plus simple, mais il n’écrit pas. Il voit. Il ne peint pas, non plus. Il voit, il voit même double. C’est donc décidé. Cette année, il devient metteur
en scène. Son rôle se bornera à montrer, à composer le décor, à choisir les lieux, les objets, les personnages. L’histoire, c’est le spectateur qui se la racontera à lui-même, s’il en a envie. Il sera d’ailleurs son premier spectateur. Il aimera, croit-il, découvrir cet homme sans expression sur la photo. Ce sera la preuve qu’il est vivant, qu’il a vécu dans une maison de vacances, qu’il est allé sur la plage, comme ses voisins, comme ses parents, et aussi comme cet homme inconnu, ou cette femme, qui regardera un jour sa photo et qui pensera à son tour aux vacances, à l’été, au temps qui passe. Il a l’impression qu’elle est plutôt drôle, son idée, qu’elle pourra séduire, amuser, et en
même temps chatouiller un peu les coeurs. Le plus difficile, sans doute, ce sera de regarder l’objectif sans sourire, de regarder celui qui regardera la photo, d’insister à force de neutralité, jusqu’à ce que lui reviennent en mémoire tous ses souvenirs de vacances à lui, et même ceux de ses parents, toutes ces balançoires sur lesquelles il s’est balancé, toute cette vie qu’il a laissé filer sans la voir. Sans l’arrêter, lui non plus. Ce qu’il aimerait, si l’on retrouvait ses photos dans cent ans, c’est qu’on ne puisse pas les dater au premier coup d’oeil, c’est pourquoi il choisira la chambre noire, le vieil appareil à soufflet, le noir et blanc - comme dans les rêves. Ce serait sa revanche sur le temps. La
vraie, la seule possible. L’oeuvre. Il aurait gagné.
 

Béatrice Commengé pour le catalogue de l'exposition Photsoc.

 

 

 

Chronique du quotidien
 

"Il se peut que ces images soient le reflet d'un état qui n'est pas le mien,mais celui d'un déprimé chronique auquel on aurait confié un appareil photo.
Depuis plus de dix ans,je suis ce personnage keatonien qui me rappelle sans relâche que le temps passe et que je demeure, du moins sur le papier"


 

Jean-Claude Delalande est un étrange bonhomme,  la référence à Buster  Keaton (qu'il évoque ci-dessus)  est  une évidence: il posséde ce même humour qui s'affiche sans sourire.D'autre références,photographiques,peuvent être trouvées: Duane Michals pour ce sens de l'autoportrait mis en scène de manière savante ou encore Martin Parr dont on retrouve, transposé en noir et blanc, l'ambiance de vacances  un peu morne.

Les influences, même prestigieuse, sont d'habitude trop envahissantes et "mangent"  la personnalité de l'auteur, rien de cela ici, Jean-Claude  Delalande n'est pas encore une célébrité, son nom n'est pas connu et  pourtant ses  images sont déjà des  Delalande!

Deux  personnages principaux figurent sur ces  images,  Jean-Claude  et  sa compagne, mais un trosième protagoniste à peine moins apparent hante la série: le temps, les photos, réalisées durant une dizaine d'années, retrouvent le charme des albums familiaux où les adultes vieillissent tandis tandis que les enfants grandissent.

Ce temps qui prend un malin plaisir à montrer son passage confère à la série une densité forte.Certaines photos, qu'au premier regard pourraint relever de l'anecdote ou de l'humour un peu trop décalé (avec parfois même une pointe de cynisme), trouvent, grâce à l'écoulement du temps d'image en image, leur véritable humanité.

Le piqué et la qualité du noir et blanc (des prises de vues faites à la chambre ou au moyen format) ne sont pas sans effet, ils évoquent l'ambiance des photos des années soixante, mais des années soixante à la saveur intemporelle...décidément, le temps tient ici un rôle bien compliqué.

Il y aurait encore beaucoup à dire sur ces photos, lmes regards qui jamais ne se croisent mais qui souvent s'adresse au spectateur, la neutralité des visages, les mouvements qui hésitent entre le flou et la théâtralisation, la présence invisible de l'éclairage, la mise en scène très travaillée, les décors et les accessoires soigneusement choisis...

Ce perfectionnisme tellement poussé qu'il sait se faire oublier rappelle Tintin, un Tintin qui aurait lu Kafka.

 

Pascal Miele

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Jean-Claude Delalande